Le PSA et son utilité

Le PSA et son utilité

Le PSA (Prostate Specific Antigène ou antigène spécifique de prostate) est une protéine fabriquée par la prostate. Il sert à liquéfier le liquide séminal. Son taux dans le sang peut varier sans raison apparente. Sa moyenne augmente naturellement avec l’âge mais aussi en cas de maladie de prostate (bénigne ou maligne). Quel est l’intérêt de doser cette protéine pour rechercher une maladie, notamment un cancer de prostate?

Généralement, on considère que le taux sanguin de PSA est anormal lorsqu’il dépasse 4ng/ml. Il existe une corrélation prouvée entre ce taux et la présence d’un cancer de prostate. Pourquoi alors la Haute Autorité de Santé ne conseille pas dans ses recommandations de doser le PSA pour rechercher un cancer de prostate?

En cas de PSA élevé, pour trouver un cancer, il faut faire une biopsie de prostate : un prélèvement du tissu prostatique à l’aide d’une aiguille qui passe à travers le rectum. Comme vous pouvez imaginer, ce geste n’est pas beaucoup apprécié. De plus, les conséquences désagréables comme douleurs, infections et difficultés à uriner peuvent arriver. Mais cette procédure sympathique n’est pas rassurante à 100% : 70% d’hommes avec un PSA élevé n’ont pas de cancer ; en revanche, il y a des cancers de prostate qui n’élèvent pas le PSA. De plus, pour confirmer la présence d’un cancer, les ponctions biopsie doivent arriver au bon endroit : là où il y a le cancer. Sinon, la ponction sera négative parce que l’aiguille est passée à côté. Génial…

Et avec tout ça, la grande majorité des cancers de prostate évolue très lentement, sans symptômes, sans gêne pour l’homme concerné. C’est-à-dire qu’on le traite ou pas, le cancer de prostate n’est souvent pas la cause du décès d’une personne. Les études le confirment : le dépistage des cancers de prostate ne prolonge pas la vie. Bien sûr qu’il existe des cancers de prostate plus agressifs et plus radicaux. Mais la plupart de temps, ce type de cancer donne des symptômes. Il est donc diagnostiqué à partir de ces symptômes et non pas de manière fortuite en faisant une prise de sang.

Un tel dépistage amène alors à traiter (par une chirurgie, chimiothérapie, rayons etc) un grand nombre d’hommes qui n’auraient jamais été dérangés par le cancer de prostate. Il n’en auraient jamais souffert, contrairement aux traitements auxquelles ils peuvent être exposés.

Le PSA, un dosage très utile dans certaines affections de la santé, n’a rien à faire dans le dépistage du cancer de prostate. Pour le dépister, le médecin peut vous proposer un examen clinique de la prostate qui est indiqué en présence de certains symptômes.

Merci pour votre intérêt! Votre prostate va pouvoir se détendre!

Sources :

1 – PSA et dépistage de cancer de prostate. Rev Prescrire Juin 2016, fiche patients

2 – Vitesse d’augmentation du PSA : utile au dépistage? Rev Prescrire, Sep 2013; 33 (359) :713